Etudier l’accès à l’eau en milieu hospitalier africain pour mieux comprendre les pistes d’actions

L’accès à l’eau dans les structures de soin est vital. Il n’est pourtant pas généralisé ou de bonne qualité, notamment dans certains hôpitaux africains. Pour identifier ce qui pourrait être amélioré, le programme Solidarité Eau mène une étude d’ampleur.
Photo © DisobeyArt

Humanitaire & développement

  • Lieu :
    Afrique
  • Parrain :
    Thierry Vandevelde
  • Dotation :
    10 000 € au Comité de sélection du 28 octobre 2020

Porteur de projet

Programme Solidarité Eau (pS-Eau)

Le programme Solidarité Eau (pS-Eau) a été créé pour soutenir des initiatives locales françaises de coopération internationale dans le domaine de l’eau et pour leur donner une cohérence d’ensemble. Il intervient auprès de l’ensemble des acteurs (collectivités, ONG, chercheurs, professionnels de l’eau, syndicats des eaux, fondations d'entreprises, etc.) pour les appuyer dans la formulation, la mobilisation de financements et la mise en œuvre de leurs actions Eau et Assainissement. Le cercle se veut vertueux puisque cet accompagnement permet au pS-Eau d’avoir une vision globale sur les actions menées et une compréhension claire des besoins.

Soutenu, notamment, par l’Agence française de développement, le pS-Eau assure l’animation de programmes de recherche-action et d’études, ainsi que la production et la diffusion d’informations. Le projet soutenu par la fondation Veolia relève de ce champ d’activité.

Un état des lieux sur l’accès à l’eau en milieu hospitalier

Le pS-Eau s’engage dans une étude visant à dresser un état des lieux des dispositifs d’accès à l’eau dans les établissements hospitaliers de plusieurs pays africains. L’objectif est d’apporter des éclairages sur les solutions et actions mises en œuvre susceptibles de contribuer à l’amélioration de ces services.

Dans le détail, il s’agira, pour chaque pays considéré, de définir la quantité et la qualité d’eau à disposition, d’identifier les besoins, les pistes d’actions et les solutions, enfin de lister les projets phares menés et en cours, les bailleurs et les sources de financement mobilisés. L’étude portera sur le Niger, le Sénégal, la République du Congo (Congo-Brazzaville), la Côte d’Ivoire et l’Ouganda.