Lutter contre la désertification selon les traditions navajas

La Fondation Cuenca Los Ojos restaure un canyon de la réserve Navajo de Greening of Chilchinbeto Chapter en Arizona en impliquant la communauté et s'inspirant des traditions locales.

« La volonté de restaurer un territoire en respectant et en impliquant pleinement les populations qui y vivent fait de ce projet un projet exemplaire. La Cuenca Los Ojos Foundation est un acteur expert sur ce sujet de lutte contre l'érosion par l'utilisation de techniques traditionnelles. »

Edwin Pinero

La Fondation Cuenca Los Ojos (CLO) travaille à préserver et restaurer la biodiversité de la région frontalière des États-Unis et du Mexique à travers la protection des sols, la restauration des habitats naturels et la réintroduction d'espèces animales. Elle vise également à soutenir des programmes de recherche scientifique et de gestion durable des ressources. Précurseur dans la réflexion sur l'adaptation au changement climatique, CLO œuvre dans une partie du monde en train de s'assécher pour renverser la tendance en s'appuyant sur des méthodes traditionnelles de lutte contre l'érosion et de réhumidification des sols.

Une source d'inspiration pour le peuple Navajo

Le projet consiste à impliquer la communauté Navajo de Greening of Chilchinbeto Chapter en Arizona, l'un des territoires Navajo les plus étendus du pays, dans une activité de restauration écologique. Elle pourra servir d'exemple à tout le peuple Navajo, car elle s'appuie sur les dirigeants de la communauté, les traditions, les valeurs et les savoir-faire Navajo. L'objectif est de réhabiliter une partie largement érodée du territoire, et de revitaliser un terrain où coule une source.

Des techniques traditionnelles au service de la restauration

Cuenca Los Ojos Foundation a fait appel à des experts de la restauration paysagère et de la permaculture. La zone du projet inclut un Canyon à sec pour lequel elle a déjà impliqué la population dans la construction de vingt barrages « trincheras » (système qui lutte contre l'érosion des sols et maintient leur humidification). La deuxième zone visée par le projet comporte deux principaux lits à sec qui se rejoignent : il est nécessaire de construire deux « gabions » (caisse à carcasse métallique remplie de sable et cailloux) à cet endroit afin de renforcer les rives pour prévenir les risques d'inondations. Enfin, près de ce canyon un terrain avec une source est envahi de tamaris sous forme de buissons. Il s'agit de les enlever pour permettre à la végétation de renaître au sol. Pour cela, le site doit être clôturé afin d'éviter que les animaux en cherchant à piétinent les jeunes pousses et aillent s'abreuver un peu plus loin.

Des actions concrètes et de nombreux chantiers

Le projet se déroule pendant un an et comprend différents chantiers :

  1. sensibilisation de la communauté Navajo à l'environnement et au recyclage et implication dans la restauration paysagère et la préservation des ressources naturelles ;
  2. construction de « trincheras » et gabions ;
  3. clôture d'un large terrain autour de la source ;
  4. implication des enfants dans la réalisation des « trincheras » ;
  5. semis d'herbe sur de larges zones ;
  6. construction de « walipini » (sorte de serre creusée dans la terre) pour faire pousser des plantes et des arbres à replanter ;
  7. projet de compost.