Extramuros lance ses premières lignes de mobilier Chants libres

Un jury réuni mi-octobre a sélectionné les premiers meubles qu’Extramuros, soutenue par la fondation Veolia, va lancer en production. La première étape d’un projet ambitieux : créer une filière pilote dédiée à l’upcycling et ouverte aux emplois d’insertion.

Association d’insertion spécialisée dans l’upcycling, Extramuros a développé une expertise forte dans la menuiserie avec la fabrication de mobiliers de bureaux haut de gamme. La société s’appuie sur les déchets d’ameublement des professionnels pour concevoir de nouveaux meubles, à la fois esthétiques et fabriqués de manière écologique. 
 

Avec le soutien de la fondation Veolia, Extramuros s’est engagée dans un projet ambitieux : participer à la structuration d’une filière pilote dédiée à l’upcycling et ouverte aux emplois d’insertion. Ce programme, baptisé Chants libres, repose sur l’étude des voies d’approvisionnement pour récupérer les matières nécessaires à la fabrication des mobiliers, puis la réalisation de prototypes. Un jury, réuni mi-octobre, a sélectionné deux premières lignes de mobilier. Composé de représentants de Veolia, de Valdelia, l’éco-organisme du secteur, ou encore de Kinnarps, leader européen du mobilier de bureau, il a sélectionné deux tables baptisées “Chaos” et “Barricades”.
 

L’upcycling, c’est quoi ?

Egalement connu sous le terme surcyclage, l’upcycling est action de recycler « par le haut », autrement dit d’apporter une valeur ajoutée à des matériaux et des déchets. Contrairement au réemploi qui, par nature, remet l’objet et la matière dans le circuit sans en changer la destination (la table reste table, le bureau reste bureau), l’upcycling passe par des interventions qui visent à récupérer les matériaux ou les produits dont on n’a plus l’usage pour les transformer en produits de qualité́ ou d’utilité́ supérieure. Cela passe notamment par un travail important de création, de design, et de réflexion technique.

Des plans techniques et de montages sont prévus pour rationaliser la production et permettre la réalisation de prototypes et de petites séries afin de tester grandeur nature la production. Les deux tables intégreront ensuite le catalogue Kinnarps pour être proposées au plus grand nombre.
 
Pour mener le projet à bien, l’association a créé quatre emplois d’insertion et un nouveau poste d’encadrant. Si dix structures semblables à Extramuros voient le jour dans les cinq années à venir, 85 emplois pourraient être créés, dont 75 % en insertion. Un projet d’avenir, entre recyclage intelligent et promesse de retour à l’emploi.

*
* *

Retrouvez plus d’information sur le site de la Fondation.