Aider de jeunes Libanais en difficulté à construire leur vie


Pour que de jeunes Libanais en grande difficulté puissent acquérir une formation professionnelle de bon niveau, l'association IECD apporte, dans le cadre de son programme «Graines d'espérance», son soutien logistique et son expertise à six écoles professionnelles. Parmi ces dernières, le Foyer de la Providence.

Social et emploi

Lieu
Beyrouth, Liban

Parrain
Nasri Chami

Dotation
50 000 € au Comité du 03/04/2007 Porteur du projet IECD

«  La Fondation Osseiran est une institution établie au Liban qui jouit d'une excellente réputation. Sa mission répond à un véritable besoin de formation technique et de professionnalisation d'enfants en difficulté. »

Nasri Chami

Un an après la guerre entre Israël et le Hezbollah, le Liban continue de dresser le lourd bilan d'un conflit qui a plongé le pays, une nouvelle fois, dans une grave crise économique et financière. Si l'heure est à la reconstruction, de nombreux jeunes sont touchés de plein fouet par le chômage, faute de qualifications suffisantes.

Dans le cadre de son programme « Graines d'espérance », l'Institut européen de coopération et de développement (IECD), ONG française créée en 1988, apporte son soutien logistique et son expertise (formation de professeurs) à six écoles professionnelles libanaises. Son but : apprendre à plus de 1 600 jeunes un métier dans les filières très recherchées de l'électricité, de l'électronique et de l'électromécanique.

Reconstruire les ateliers du Foyer de la Providence

Parmi les six écoles sélectionnées par l'ONG, le Foyer de la Providence, créé en 1967 à Fanar (Grand Beyrouth) par la Fondation Osseiran, accueille, éduque et forme, sans distinction de confession, 250 garçons âgés de 12 à 19 ans présentant de graves problèmes psychologiques engendrés par des situations familiales très difficiles. Ces adolescents, souvent en échec scolaire, risquaient de sombrer dans la délinquance s'ils n'avaient poussé les portes de ce nouveau foyer.

Dès l'obtention du CAP, du brevet professionnel ou bien encore du brevet technique, le Foyer de la Providence assure aux jeunes diplômés un travail ou les aide à poursuivre leurs études jusqu'au BTS au sein d'autres établissements.

Le Foyer de la Providence et l'école doivent faire face à plusieurs problèmes, dont celui de la rénovation de ses bâtiments. Ces travaux sont prioritaires et restent le préalable indispensable à l'installation de tout nouvel équipement. Pour que ces adolescents puissent suivre leur formation professionnelle et se construire un avenir, la fondation Veolia, aux côtés du ministère des Affaires étrangères et de la Fondation Schneider, a décidé de participer à la remise en état des ateliers.