De l'eau potable à un prix accessible dans une zone à forte salinité

Comment fournir de l’eau saine à un prix abordable lorsque la ressource disponible nécessite des traitements multiples pour la rendre propre à la consommation ? L’ONG Enda Tiers Monde et Water Power développent un projet pilote à Nguécokh, près de Kaolack.

Humanitaire et Développement

Lieu
Nguécokh (région de Kaolack, Fatick), Sénégal

Parrain / Marraine
Thirith Boun-Chan
Hélène Lebedeff

Dotations
60 000 € au Comité du 30/03/2010
57 000 € au Comité du 10/04/2018
15 500 € au Comité du 28/11/2018

Porteur du projet

Enda Tiers Monde

« Beaucoup de tentatives ont été menées dans ces régions où la qualité de l’eau pose problème. Elles se terminent la plupart du temps par des échecs car les moyens mis en œuvre pour fournir aux populations villageoises une eau potable sont trop sophistiqués et trop onéreux pour qu’elles puissent se les approprier durablement. À 600 F CFA (moins de 1 €/m3), le seuil atteint par le projet d’Enda est acceptable. »

Thirith Boun-Chan

Au sud-est de Dakar, la région de Kaolack est correctement irriguée, mais la question de l’accès à l’eau potable demeure un véritable souci pour ses habitants. En 1985, Caritas avait construit pour le village de Nguécokh un forage de 300 m de profondeur et un château d’eau d’une capacité de 80 m3. Disponible en quantité suffisante pour permettre au bétail de s’abreuver et couvrir les besoins humains liés à l’alimentation, l’hygiène et la lessive, cette eau est toutefois restée impropre au plan sanitaire.
 
En effet, en raison de l’avancée d’un bras de mer, la nappe phréatique présente un taux de salinité beaucoup trop élevé pour la consommation alimentaire. De surcroît, le taux de fluor est ici anormalement haut (3,5 mg/l), au point qu’il est dangereux pour la santé : il cause notamment des cas d’ostéoporose et de paralysies.

De l’eau potable par traitement membranaire à un tarif abordable

Afin d’apporter une réponse fiable à ce problème, l’ONG Enda, soutenue par la fondation Veolia, a déployé un projet de mini adduction d’eau adaptée à l’environnement particulier de la région grâce au procédé Waterpower, une innovation de Veolia Water Systems : prétraitement de l’eau grâce à la technologie de l’osmose inverse, traitement de désinfection et ajustement du pH. Des personnels ont été formés et une partie de l'eau produite a été directement consommée par la population de la commune à un prix inférieur à 600 francs CFA le m3. Le surplus de production vendu par l'Association des usagers du forage (Asufor) aux populations de la région de Kaolack a permis d'augmenter les recettes provisionnées pour renouveler les installations.
 
En 2012, le forage de 1985 a été endommagé et l’exploitation des infrastructures a cessé. Après plusieurs tentatives de réparation, les pouvoirs publics se sont finalement engagés, en 2017, dans la réalisation d’un nouveau forage profond, opérationnel début 2018. La fondation Veolia a renouvelé son soutien à l’ONG Enda pour réhabiliter l’unité de dé-fluorisation, la réimplanter sur le nouveau forage et former de nouveaux techniciens à son utilisation.
 
Parallèlement, après une mission de la Fondation sur place fin 2017, une étude de marché sur la vente du surplus d’eau produite a été confiée au bureau d'étude sénégalais Amarante. L’idée a abouti : un projet, soutenu par la fondation Veolia fin 2018, de vente d’eau en bonbonne est en cours. Le service participera à la pérennité économique et donc fonctionnelle des infrastructures.