De l'eau pure pour 12 000 villageois


Dans une région isolée de Madagascar, l'accès à l'eau de plusieurs milliers de villageois dépend d'une seule rivière. Et pourtant, l'eau qui en est tirée sans traitement est loin d'être propre à la consommation. Hydraulique Sans Frontières se lance donc dans un grand chantier de traitement et d'acheminement d'eau pure vers les communautés villageoises.

Humanitaire et Développement

Lieu
Région de Marotandrano, Madagascar

Parrain
Patrick Flicoteaux

Dotation
10 000 € au Comité du 01/07/2008

Porteur du projet

Hydraulique Sans Frontières

« L'ONG Rail-Niger est une structure en pleine croissance qui participe de manière considérable au développement de l'accès aux services essentiels des populations urbaines nigériennes des lieux où elle est présente. Elle est considérée comme sérieuse, fiable et efficace. »

Célia de Lavergne

Dans la région de Mahajanga, à Madagascar, une rivière en aval de la Réserve Spéciale de Marotandrano dessert plusieurs villages, soit environ 12 000 habitants. Toutefois, l'eau n'est pas actuellement traitée : elle est le vecteur de maladies hydriques qui détériorent les conditions sanitaires des villageois.
Dans cette région très pauvre, le taux de mortalité infantile est par exemple très élevé.

L'ONG Hydraulique Sans Frontières (HSF) a décidé de s'engager pour remédier à cette situation en répondant à la demande d'un comité de villageois constitué en 2005 et relayé par la mission catholique locale. Elle se lance donc dans un vaste chantier de traitement et d'acheminement de l'eau pure vers les différentes communautés villageoises.

Renforcer le comité villageois de gestion de l'eau

Puisée dans le lit de la rivière, l'eau sera traitée par filtration lente sur sable.
Ensuite, 34 km de canalisations la transporteront de façon gravitaire jusqu'aux 47 bornes fontaines construites dans les villages.

Le chantier proprement dit durera 7 mois, mais l'intervention d'HSF se prolongera
au-delà : en effet, des techniciens seront formés parmi la population locale pour entretenir le réseau et garantir sa pérennité. En outre, le comité de gestion de l'eau formé par les villageois en 2005 sera également renforcé : il se verra confier les tâches de gestions technique, financière et sociale des installations.

Une fois ce premier chantier d'adduction d'eau finalisé, un projet concernant l'assainissement des eaux usées sera à son tour entrepris.