De nouveaux puits pour une eau de qualité


L'eau que l'on puise n'est pas toujours bonne à la consommation immédiate. C'est en tous les cas la réalité que vivent les habitants de la commune urbaine de Maroantsetra à Madagascar. Pour trouver une réponse à cette situation, le Rotary Club de Rennes aide les habitants à aller puiser l'eau en plus grande profondeur.

Humanitaire et Développement

Lieu
Maroantsetra (province de Toamasina), Madagascar

Parrain
Philippe Surjous

Dotation
25 000 € au Comité du 26/03/2008

Porteur du projet

Rotary Club de Rennes

« Le Rotary Club de Rennes agit à Madagascar depuis 2000, notamment dans le domaine de l'eau. Il est associé avec l'association "Amitiés Madagascar Bretagne" qui a engagé de multiples actions dans ce domaine et qui établit régulièrement un bilan des réalisations et le suivi des coûts de ces projets. »

Philippe Surjous

Pour les habitants de la commune urbaine de Maroantsetra (département de Toamasin à Madagascar), l'eau potable est un bien quasiment hors de portée. Les seuls accès à l'eau sont en effet des puits familiaux peu profonds. Mais le sol étant très sablonneux, l'eau de pluie s'y infiltre aisément entraînant avec elle les déchets qui se trouvent en surface.
En raison de ce phénomène, la nappe phréatique peu profonde est loin de pouvoir offrir une eau de qualité, ce qui génère un nombre important de maladies hydriques.

À la recherche de l'eau pure

Plusieurs campagnes de sensibilisation à l'hygiène ont été menées auprès des habitants, leur apprenant notamment à utiliser des produits de traitement de l'eau avant consommation. Mais cette habitude peine à entrer dans les mœurs domestiques.

Pour trouver une autre solution à cette menace sanitaire permanente, le Rotary Club de Rennes, qui travaille depuis plusieurs années à Madagascar avec une autre association, Amitiés Madagascar Bretagne, s'est lancé dans une campagne de forage de puits plus profonds, atteignant les nappes d'eau non souillées.
Vingt nouveaux puits vont ainsi être construits au cours des prochains mois dans dix villages de la commune. Un premier pas vers l'éradication d'un grand nombre de maladies récurrentes.