Gestion de l'eau entre la montagne et les vallées : un SIG pour éviter les conflits


Dans les Hautes-Alpes, les canaux d'irrigation sont souvent des sources de conflits entre agriculteurs des alpages et gens des villes, notamment lorsque l'eau se fait rare, en plein été. Pour apporter des réponses rationnelles et contribuer à pacifier les relations entre différents utilisateurs, l'Adelha crée un SIG (Système d'informations géographiques).

Environnement et Biodiversité

Lieu
Hautes-Alpes, France

Parrain
Gérard Delia

Dotation
7 000 € au Comité du 02/12/2008

Porteur du projet

Adelha

« Les canaux d'irrigation offrent l'opportunité d'aborder les questions de la gestion de la ressource en eau, spécifique à ce milieu montagnard des Hautes-Alpes. Éléments particulièrement importants du département des Hautes-Alpes depuis des siècles, ils sont une illustration des relations de pouvoir et cristallisent bien souvent une grande partie des conflits d'usage liés à cette ressource. Ce soutien nous permet de participer à un projet d'appropriation citoyenne des enjeux, à l'échelle d'un territoire géographique et humain. »
Gérard Delia

Dans le département des Hautes-Alpes, les canaux d'irrigation occupent un rôle de tout premier ordre au sein de l'organisation rurale, agricole, humaine et citadine des différentes vallées. Depuis des siècles en effet, ils assurent la distribution et la répartition de l'eau venant des hautes vallées jusque dans les villes.
Le canal qui puise son eau dans le Drac pour l'amener à Gap alimente par exemple 70 % des besoins en eau potable de la ville.

Dans les hauteurs, ce sont en général les associations de propriétaires des terrains traversés et irrigués qui les administrent, les entretiennent et les exploitent. Et bien souvent, ces propriétaires sont des agriculteurs, ce qui génère régulièrement des tensions entre le monde rural et le monde urbain. Lors des grandes sécheresses de l'été, en effet, lorsque l'eau se fait rare, il arrive fréquemment que les agriculteurs soient pointés du doigt et accusés de puiser trop abondamment dans la précieuse ressource pour leurs cultures.

 

Régler les conflits d'usage

L'Adelha, (Fédération départementale des Hautes-Alpes de la Ligue de l'Enseignement), qui connaît bien l'histoire des territoires des Hautes-Alpes, a constaté depuis longtemps que cette question des canaux cristallisait une grande partie des conflits d'usage liés à la ressource en eau du département. Mouvement d'éducation populaire visant entre autres à « construire une société plus juste, plus libre et plus solidaire », elle mène de nombreux projets d'éducation au développement durable dans la région.

Devant la permanence de ces difficultés, elle fait le pari qu'une connaissance plus fine de ses canaux et de leurs histoires, accessible et partagée par tous, permettrait de pacifier les relations entre différents usagers et de faciliter la compréhension et la concertation entre tous. Dans ce but, elle a entrepris de créer un SIG (Système d'informations géographiques) à partir de toutes les données qui pourront être collectées sur les canaux. Photos pour retrouver les anciens tracés des canaux abandonnés, données chiffrées sur les canaux en fonctionnement, rencontre de tous les acteurs locaux... ce SIG sera consultable par tous à partir d'un site internet. Par ailleurs, les informations collectées serviront de base à la rédaction d'un document et à la réalisation de modules didactiques servant de support à des expositions grand public.

Une démarche pour expliquer les contraintes de la gestion de l'eau potable en montagne et pour pacifier les relations entre différents utilisateurs, à laquelle la fondation Veolia s'associe pleinement.