L'eau, source de vie et… d'emploi

À travers la mise en œuvre d'un premier site pilote au Cambodge, l'association 1001 fontaines pour demain vise à développer des petites stations autonomes de production d'eau potable.

Humanitaire et Développement

Lieu
Bantey Chmar, Cambodge

Parrain
Paul de Rosen

Dotation
30 000 € au Comité du 28/09/2004

Porteur du projet

1001 fontaines pour demain

« La relation de travail m'a permis de constater le professionnalisme de l'équipe et son intégrité. Le projet, accompagné techniquement par Thierry VandeVelde de Veoliaforce, me paraît intéressant parce que très ancré dans le tissu local. De taille modeste, il est à la fois réaliste et reproductible. »

Paul de Rosen

Descriptif

Être bien plus qu'une simple goutte d'eau, voilà assurément l'ambition des fondateurs de l'association 1001 Fontaines pour demain. Son credo ? Promouvoir l'installation de stations autonomes de production d'eau potable alliant la filtration par UV et l'énergie solaire. Un projet qu'elle complète avec la création de microentreprises locales (des familles devenant de petits opérateurs privés), chargées de produire et de vendre cette eau à prix très bas.
Sa cible ? Les populations rurales, habitant dans des villages isolés ne bénéficiant d'aucune infrastructure en matière d'approvisionnement en eau ou en énergie.

Un appui avec des ONG locales et des entreprises spécialisées

L'installation du premier site est prévue à Bantey Chmar, un village d'environ un millier de familles situé au nord-ouest du Cambodge, l'un des pays dont le taux d'accès à l'eau potable est l'un des plus faibles du monde. L'association envisage d'utiliser l'eau des douves d'un temple ancestral pour approvisionner la station. Pour toute la partie technique, 1001 Fontaines pour demain a travaillé en collaboration étroite avec Veoliaforce. Par ailleurs, sur place, Espoir en soie, une ONG qui développe l'artisanat du tissage de la soie à Bantey Chmar, est choisie pour assurer la pérennité du projet.

Une deuxième station est d'ores et déjà prévue à Sisophon, à quelques kilomètres de Bantey Chmar, au sein d'un foyer d'enfants géré depuis de nombreuses années par l'association Enfants du Mékong. Enfin, une troisième station sera, quant à elle, installée dans un environnement de soins, l'hôpital de Preah Netr Preah. Le démarrage des stations est planifié pour le début de la saison sèche, en décembre 2004, et une première évaluation des résultats est envisagée dès avril 2005.

Etat d'avancement

L'adhésion des villageois
À Bantey Chmar, neuf mois après le démarrage du projet, près d'une famille sur cinq avait déjà opté pour l'eau traitée par le nouveau petit opérateur privé. Vendue environ 0,17 euros la bonbonne de 20 litres, cette eau purifiée a fini par séduire de façon régulière environ 800 personnes, malgré la ponction que ce nouveau service payant représente sur leurs budgets. Néanmoins, et malgré un niveau de grande pauvreté, de nombreux chefs de famille ont vite mesuré l'intérêt d'utiliser de l'eau enfin « propre à la consommation ».

Devant ce premier succès, 1001 fontaines pour demain entreprenait dès 2006 d'étendre ce système à 15 000 nouveaux bénéficiaires répartis dans huit nouveaux villages. Plusieurs organismes étant à leur tour contactés pour les aider : Care, l'ONG cambodgienne DEEP (Développement Éducation en Eau Potable) et Caritas Cambodge par exemple.