L’école de tout un village

L’association Ouaga, créée par des étudiants de HEC, a pour volonté de participer au développement du Burkina Faso en menant des actions dans le domaine de l’éducation. En 2006, Ouaga part sur le terrain pour la seconde fois. Objectif : l’ouverture d’une école.

Humanitaire et Développement

Lieu
Korsimoro, Burkina Faso

Parrain
Jean-Pierre Thévenon

Dotation
20 000 € au Comité du 31/01/2006
  Porteur du projet Ouaga

«  Le projet de construction de l’école Caroline, à Korsimoro, s’appuie sur une expérience similaire déjà réussie et s’intègre sans s’imposer dans la vie d’un village, alors que de nombreuses initiatives entreprises au Burkina Faso se font parfois de manière assez désordonnée. »

Jean-Pierre Thévenon

Classé en 175e position (sur 177 pays) au classement mondial du programme des Nations-Unies pour le développement, le Burkina Faso affiche, parmi d'autres indicateurs expliquant ce résultat, un taux de scolarisation primaire en milieu rural inférieur à 25 %. Des étudiants d'HEC sensibles à cette situation ont créé l'association Ouaga, avec la volonté d'y développer des actions pérennes dans le domaine de l'éducation.
Ayant déjà permis la construction d'une école dans le village de Pissila, en 2004, Ouaga réitère son action en 2006 dans la petite localité de Korsimoro, située dans une région déshéritée du centre-nord du pays. L'association s'est chargée là-bas d'achever la construction de l'école en développant les locaux qui existaient déjà depuis novembre 2004. Un puits, une cantine et trois nouvelles salles de classe (dont une bibliothèque) ont été ajoutés au projet initial, ce qui permet l'accueil de deux fois plus d'enfants.

Éducation et solidarité

Mais Ouaga ne s'arrête pas à la construction des locaux. L'association souhaite en effet susciter le plus possible l'adhésion des populations locales en les impliquant dans la vie de l'école pour qu'ils puissent se l'approprier et rendre l'initiative durable.
Ainsi, des mères de famille du village préparent bénévolement les repas pour les 200 enfants fréquentant la cantine. Dans le même but, d'autres parents animent des ateliers de jardinage et de travail du cuir et la fabrication du savon. Parallèlement à cet investissement bénévole, cinq emplois durables ont été créés pour assurer le fonctionnement de l'école. Autre élément de cohésion sociale, les cours sont assurés par la DDEC* pour tous les enfants, quelle que soit leur confession (animistes, musulmans, catholiques et protestants). Enfin, un partenariat conclu avec l'ONG américaine Cathwell assure gratuitement l'approvisionnement de la cantine en céréales et en riz : une nécessité pour lutter contre la dénutrition de nombreux enfants.
Pour encourager les étudiants dans leur démarche et venir en aide aux enfants de Korsimoro, la fondation Veolia a octroyé une aide de 20 000 euros à ce nouveau projet.

* DDEC : Direction Diocésaire de l'Enseignement Catholique