News & newsletter
2 janvier 2019

La fondation Veolia intervient avec Solidarités International au Myanmar

A Sittwe, au Myanmar, des confrontations violentes ont entraîné en 2012 le déplacement d’environ 140 000 personnes, dont une très grande majorité de Rohingyas, qui vivent à ce jour encore dans des camps. En appui à son partenaire Solidarités International, la fondation Veolia est intervenue en envoyant deux experts Veoliaforce pour améliorer le fonctionnement de la station d’assainissement de Sittwe Camp.

Myanmar, 2018. Photo © Romain Verchère

L’ONG Solidarités International, partenaire de la fondation Veolia, intervient depuis plusieurs années dans le Rakhine, auprès des populations déplacées et des populations non déplacées. Elle est notamment en charge de fournir de l’eau potable et d’assurer l’assainissement dans la majorité des camps de Sittwe et de Paktaw. Dans ce cadre, elle a, entre autres, déployé une station d’assainissement sur le terrain, à Sittwe Camp. Extraire et centraliser les boues issues des 4 000 latrines publiques réparties dans les camps est une nécessité sanitaire : il faut éviter que les eaux usées s’infiltrent dans le sol et dans la nappe phréatique, particulièrement haute pendant la saison des pluies.

La fondation Veolia soutient les Rohingyas avec Solidarités International

Une experte de la fondation Veolia, volontaire Veoliaforce, issue de VIGS Veolia Industries Global Solution. An expert from the Veolia Foundation, a Veoliaforce volunteer, from VIGS Veolia Industries Global Solution. Myanmar, 2018. Photo © Romain Verchère.

Pour optimiser l’exploitation de la station, deux experts Veoliaforce sont partis en mission sur place fin 2018. Pendant trois semaines, un chef de projet à la Fondation et une volontaire Veoliaforce issue de VIGS Veolia Industries Global Solution ont installé un laboratoire d’analyse destiné à améliorer le fonctionnement de la station.

Les deux ingénieurs ont également formé les équipes locales pour qu’elles continuent à utiliser le laboratoire d’analyse après leur départ. Une condition essentielle à la qualité des infrastructures.