Pour que tous les enfants, même différents, accèdent à une scolarité dans de meilleures conditions

Tournée vers les enfants atteints de troubles du spectre autistique (TSA), les Petites écoles pour tous développent des ateliers ludiques et pédagogiques de sensibilisation à l’environnement. En adaptant l’offre éducative à tous les profils d’apprentissage, l’association entend favoriser la scolarisation des enfants atypiques et les sensibiliser à des sujets environnementaux.


Fondée fin 2015, l’association Les Petites écoles pour tous s’est donné pour objectif de promouvoir et d’accompagner la scolarisation des enfants ayant des troubles cognitifs et/ou d’adaptation sociale. Elle entend favoriser l’inclusion scolaire, sportive et culturelle des enfants à besoins spécifiques et plus particulièrement de ceux qui présentent des Troubles du Spectre Autistique (TSA). On estime qu’un enfant sur cent nés en France est atteint d’un TSA, et un sur soixante aux Etats-Unis.
 
En France, leur situation, en termes de scolarisation, est insatisfaisante. La loi du 11 février 2005 impose l’inscription de tous les enfants handicapés à l’école. Mais sur le terrain, le manque de formation des enseignants et des assistants de vie scolaire rend souvent cette scolarisation chaotique et difficile aussi bien pour les enfants que pour l’équipe éducative.
 
Pour réfléchir ensemble et trouver des solutions, Les Petites écoles pour tous réunissent des parents « chercheurs-acteurs » ayant des enfants atypiques et des encadrants éducatifs. Elle concentre ses actions sur la conception et l’animation d’ateliers ludiques, pédagogiques et inclusifs, ainsi que sur la formation de professionnels de l'éducation auxquels elle propose une “boîte à outils” leur permettant d’accueillir les enfants atteints de TSA dans leurs classes.

Des parcours ludiques et pédagogiques

Avec le soutien de la fondation Veolia, elle développe notamment des ateliers de sensibilisation à l'environnement pour des enfants de 5 à 11 ans, une proposition écocitoyenne pour aider les plus jeunes à devenir des adultes responsables et soucieux de notre planète. Les modules sont organisés pour que tous les enfants, les profils neuro-atypiques et les autres, partagent ensemble un parcours ludique et pédagogique. La force de ce dispositif est de partir de l’idée qu’il n’y a pas qu’un modèle de cohérence cognitive. L’objectif est de faire émerger des connaissances, des savoir-faire, des compétences.
 
Les petites écoles pour tous - nuage

Concrètement, l’atelier « Comprendre la nature » propose par exemple de pratiquer la germination ou encore de gratter la terre pour comprendre le travail minutieux et fondamental des vers de terre et autres lombrics. Un autre, baptisé « Veux-tu changer avec moi ? », repose sur des défis tels que trouver des astuces pour limiter la consommation de plastique, visiter une déchetterie, etc.
 
Les premiers ateliers sont expérimentés dans un espace de co-working à Paris pour ensuite être dispensés hors les murs dans des écoles publiques et /ou sous contrat d’Ile-de-France. Une dizaine d'ateliers ont déjà été expérimentés en situation et seront dispensés en intra dans une école publique en mai et juin 2017. Les objectifs de l'association sont de continuer à expérimenter de nouvelles propositions d’atelier afin de dispenser une quarantaine d'ateliers dans au moins cinq établissements scolaires d'Ile-de-France.

Former des personnels pour faciliter la scolarisation des enfants

En 2018, toujours soutenue par la fondation Veolia, l’association s’engage dans une meilleure formation des auxiliaires de vie scolaires (AVS) et accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH). L’objectif est de concevoir un programme de formation destiné à ces personnels pour qu’ils développent leur employabilité et renforcent leur professionnalisation. L'ambition d'Ikigaï - Les petites écoles pour tous est de les accompagner dans la création d’une activité indépendante, par exemple de soutien scolaire pour des enfants à besoins spécifiques. La préoccupation rejoint celle du Gouvernement et l’association est d’ailleurs en relation avec les pouvoirs publics pour participer au groupe de travail qui doit être mis en place sur le sujet.

« La formation et la professionnalisation des AVS sont des axes sur lesquels travaille aujourd'hui le gouvernement. Un groupe de travail doit se constituer et "Ikigaï - "Les petites écoles pour tous" devrait être associée aux réflexions menées autour de "La formation d'adaptation à l'emploi". Parallèlement, l'association continue ses formations sur le terrain et constitue les dossiers pour obtenir les agréments nécessaires à son intervention en tant qu'organisme de formation auprès notamment de l'Education Nationale. »
Dominique Boizeau