Une boucle locale circulaire de biodéchets en territoire basco-landais

A Bayonne, dans les Pyrénées-Atlantiques, l’association Les Carrioles vertes organisent le tri puis la transformation et la revente en compost de qualité des biodéchets collectés chez les professionnels de la restauration. Ou l’économie circulaire à l’épreuve du terrain…

Environnement & biodiversité

  • Lieu :

    Pyrénées-Atlantiques (France)

  • Marraine :

    Sylvie Recrosio

  • Dotation
    5 000 € au Comité de sélection du 16 mars 2020

Porteur de projet

Les Carrioles vertes

    Dédiée au compostage, Les Carrioles vertes est une association de l’économie sociale et solidaire. Elle propose des prestations aux professionnels de la restauration, notamment un service de tri à la source des biodéchets de cuisine, organise la vente de compost aux particuliers et maraichers ainsi que des séances de sensibilisation et de formation aux enjeux de la valorisation des biodéchets.

    Pourquoi s’intéresser aux biodéchets ? Parce qu’ils constituent un tiers du volume de nos poubelles et bien davantage en poids puisque majoritairement composés d’eau. Or ils ne sont, le plus souvent, pas triés sur leur lieu de production. Et dès qu’ils sont mêlés aux autres déchets, leur qualité est dégradée et leur valorisation plus difficile.

    Les professionnels de la restauration : premier maillon de la chaîne

    Pour être efficaces, Les Carrioles vertes, basées à Bayonne, centrent leur projet sur les professionnels de la restauration de la région. Les biodéchets représentent jusqu’à 50 % du volume de leurs poubelles. Et pour les commerces alimentaires, il n’existe pas de filière pour l’évacuation des fanes ou des fruits et légumes impropres à la consommation.

    Baptisé « Konopost’avenir », le projet porté par l’association, repose sur une chaîne d’acteurs. Elle débute chez les restaurateurs et traiteurs chez qui le tri des biodéchets est mis en place. Puis l’association organise la collecte de ces déchets, au moyen de vélos et remorques, pour les valoriser localement en en faisant un compost de qualité. Les producteurs de fruits et légumes, les horticulteurs et le grand public sont susceptibles d’être les clients de cet excellent amendement naturel pour les sols qui suscite d’ailleurs un intérêt croissant.

    Une boucle jusqu’aux consommateurs

    L’objectif final est de mettre en relation, de manière responsable et engagée, l’ensemble des acteurs de la filière afin de générer une boucle locale d’économie circulaire appliquée aux biodéchets alimentaires. Le soutien de la fondation Veolia permet l’acquisition de vélos et remorques pour la phase de collecte.

    Le projet s’inscrit en particulier dans la feuille de route de l'économie circulaire (FREC)[1] et dans les évolutions législatives avec notamment l'obligation de tri à la source et de valorisation des biodéchets de cuisine pour tous à partir de 2023.

    [1] 50 mesures élaborées en 2018 par le ministère de la Transition écologique avec l’ensemble des parties prenantes, autour de quatre grands enjeux : mieux produire ; mieux consommer ; mobiliser les acteurs ; mieux gérer nos déchets.