Quand un abord d’autoroute devient un espace végétalisé support d’insertion professionnelle…

Grâce à Heko Farm, un espace de foncier urbain non bâti dégagé par la construction de la rocade L2, autour de Marseille, héberge un programme d’agriculture urbaine et de végétalisation des lieux. Le projet permet également la création de huit emplois d'insertion en maraîchage urbain.

Environnement et biodiversité

Lieu
Marseille (France)

Parrain
Hervé Pernot

Dotations
25 000 € au Comité de sélection du 10 avril 2018
10 000 € au Comité de sélection du 21 octobre 2019

Porteur de projet

Heko Farm (Le Talus)

L’Association Heko Farm, basée à Marseille, a été créée en réponse à l’urgence climatique qui se fait jour depuis quelques années. Elle travaille à l’émergence, dans cette métropole, d’un système alimentaire territorialisé, durable et résiliant. Et pour ce faire, elle poursuit quatre objectifs. D’abord, le développement des micro-fermes productives en milieu urbain et périurbain. Ensuite, la création d’espaces dédiées à l'agriculture urbaine. Également la transformation des espaces verts collectifs. Enfin, le développement des outils pédagogiques destinés aux scolaires.

Cette ambition s’est concrétisée par plusieurs réalisations : mise en place d’un jardin pédagogique dans une école primaire marseillaise, projet de ferme urbaine dans un quartier prioritaire de la ville avec le conseil municipal, opération de jardinage dans ce même quartier…

 

Un projet suite à la construction de la rocade L2

A Marseille, l’autoroute urbaine A507 – ou rocade L2 – a conduit à réaménager de nombreux territoires au sein de l’agglomération et à dégager du foncier urbain non bâti et, jusqu’à présent, délaissé. Heko Farm s’y est intéressé. L’association est entrée en contact avec la société d’exploitation de l’A507 pour faire de cette friche urbaine un lieu de verdure et de vie locale : Le Talus.

C’est dans une ancienne décharge de chantier, au cœur d’un quartier populaire, que ce programme a vu le jour. Un double constat y a été fait : un manque d’espaces verts et un accès compliqué à des produits alimentaires locaux de qualité. Pour contribuer à résoudre ces deux problèmes, les acteurs de ce projet ont travaillé sur deux axes : la végétalisation comestible et les activités agricoles écologiques inspirées de la permaculture. La démarche a également permis d’expérimenter, dans ce laboratoire à ciel ouvert, la transition écologique.

Pour l’entretien des espaces végétalisés (haies fruitières, arbustes, grands arbres), l’exploitation de la pépinière urbaine, l’exploitation du périmètre maraîcher et celle de la serre bioclimatique Heko Farm s’est rapprochée du groupe d'insertion par l’activité économique La Varappe, déjà partenaire de la fondation Veolia. Ces tâches permettront à terme la création de huit emplois d'insertion en maraîchage urbain.

 

La nature accessible à tous

Concrètement, Le Talus regroupe des bacs potagers en location, la production bio et la vente de fruits et de légumes, un poulailler dont les œufs frais sont en vente, un lombri-composteur collectif, des formations et évènements variés, une ruche, une mare pédagogique, une cantine… On peut, dans ce tiers lieu soutenu par la fondation Veolia, cultiver, manger, boire un verre, observer et se rencontrer… D’accès libre, il est ouvert les mercredis et samedis durant la journée. Les mardis sont dédiés aux chantiers participatifs : les participants bâtissent, sèment, récoltent… Ils améliorent et font vivre Le Talus.