Ramener les jeunes sans diplôme dans le monde du travail


Dans les Hauts-de-Seine comme dans de nombreux départements, des jeunes sortent en grand nombre du système scolaire sans aucune qualification ni aptitude à trouver un emploi. Pour les aider à se réintégrer aux plans social et professionnel, ARPEIJE met en place un dispositif de prise en charge globale.

Social et emploi

Lieu
Clamart, France

Parrain
Alain Dormier

Dotation
20 000 € au Comité du 27/05/2008

Porteur du projet

ARPEIJE

« Je soutiens ce projet parce qu'il est profondément humaniste et qu'il correspond aux valeurs sur lesquelles notre pays s'est construit. Il considère en effet que le seul moyen d'insérer les jeunes en difficulté est de les former pour retrouver les codes nécessaires à la vie en communauté. De plus, il s'adresse à tous. Cela me semble fondamental à l'heure où la montée de l'islamisme inquiète dans nos banlieues : Arpeije "rattrappe" ceux qui ont été exclus du système éducatif trop tôt. »

Alain Dormier

Absence de qualification, problèmes d'hébergement, soucis de santé, éloignement de leurs familles... : de nombreux jeunes ayant quitté trop tôt le système éducatif, sans diplôme ni expérience professionnelle, sombrent vite dans la marginalité. Cet engrenage pèse ensuite lourdement sur leur éventuelle capacité à rebondir et à reprendre le chemin de l'insertion sociale et professionnelle. Très souvent, ils n'arrivent alors plus à s'inscrire dans les dispositifs prévus à leur intention dans les domaines de la formation ou de l'accès à l'emploi.

Pour trouver des solutions efficaces à cette situation, ARPEIJE*, une association créée en 1981 pour mettre en œuvre des actions d'insertion à destination des jeunes exclus du monde du travail, crée un Espace Dynamique d'Insertion (EDI).

Un statut de stagiaire rémunéré

Destiné aux jeunes âgés de 16 à 25 ans, le programme EDI repose sur le principe d'une prise en charge globale du jeune en difficulté. Par de nombreuses approches, il a pour but de lever toutes les difficultés qui freinent son insertion sociale et professionnelle. EDI s'appuie sur des accompagnements individualisés et la participation à des ateliers collectifs qui permettent à la fois de se confronter aux réalités du monde du travail et d'acquérir des connaissances et compétences utiles.

Concrètement, des professionnels accueillent, écoutent et suivent les jeunes en difficulté. En parallèle, il leur est proposé de participer à des activités pédagogiques dans les domaines audio-visuel, informatique, nouvelles technologies, expression et communication, etc. EDI prévoit aussi un apprentissage du code de la route.

Selon ses besoins, chaque jeune peut être accueilli dans le programme EDI entre cinq mois et un an. Il bénéficie d'un statut de stagiaire et peut même prétendre à une rémunération s'il participe aux activités pendant au moins 20 heures par semaine.

L'aide accordée par la fondation Veolia contribue à financer l'équipement d'une partie des locaux d'ARPEIJE, notamment au plan informatique. L'association peut ainsi accueillir et suivre quatre-vingts jeunes par an.

* ARPEIJE : Association Relais pour l'Éducation et l'Insertion des Jeunes