Secourir des enfants dont les parents sont morts du sida


Sur une population de seulement six millions d'habitants, on estime que le Burundi compte 240 000 orphelins du sida. Ces chiffres donnent la mesure du défi posé par la prise en charge de ces enfants. À Kirundo, dans le nord du pays, l'association Apecos recueille les orphelins de la région pour leur redonner un cadre éducatif et familial.

Social et emploi

Porteur du projet

Apecos (Association de prise en charge des orphelins du sida)

Lieu
Kirundo, Burundi

Parrain
Sylvain de Forges

Dotation
15 000 € au Comité du 05/12/2006

« L'histoire récente de cette région du globe est malheureusement désastreuse. Le Burundi souffre du sida et continue aussi de connaître des situations de conflits et de famines. Dans ces conditions, porter une aide efficace est très difficile ; les ONG internationales ont souvent expliqué qu'une grande partie du pays ne pouvait être couverte par elles. D'où l'importance d'actions comme celles de l'Apecos. »
Sylvain de Forges

Non seulement le sida tue, mais il emporte très souvent avec lui les adultes qui subviennent aux besoins de toute une famille. Au Burundi, où sévissent encore la guerre et la famine de façon sporadique, des milliers d'enfants se retrouvent seuls et exposés à tous les dangers. La traditionnelle solidarité familiale africaine, qui ne laisse jamais un enfant seul, ne suffit plus : trop d'adultes sont désormais définitivement absents.

Frappés par la vulnérabilité de ces enfants, des Burundais ont décidé de les recueillir. Organisés au sein de l'Apecos, une association fondée en 1993 et internationalement reconnue pour la qualité de son action, ils développent dans tout le pays de nombreux programmes pour aider ces enfants, et ce qu'il leur reste de famille, à reprendre espoir. L'Apecos a déjà contribué à scolariser près de 3 000 enfants et à en faire suivre 2 500 au plan médical.

Se reconstuire un avenir, malgré tout

 

À Kirundo, dans le nord du pays, où une situation de famine endémique aggrave considérablement la fragilité des personnes atteintes du VIH, l'Apecos a décidé de s'occuper de 640 jeunes orphelins du sida en mettant en place un projet d'assistance globale prenant en compte leurs besoins alimentaires, médicaux, scolaires, économiques et juridiques (le cas échéant).

L'équipe de onze personnes que l'Apecos a mis à pied d'œuvre à Kirundo porte ainsi la lourde responsabilité d'aider ces enfants et leur communauté à se reconstruire un avenir dans les meilleures conditions d'encadrement et de sécurité. Depuis le centre de l'Apecos, les enfants sont nourris, soignés et vêtus, et des adultes suivent leur scolarité comme l'auraient fait leurs parents. En complément, l'Apecos va également développer des activités génératrices de revenus auxquelles seront associés les plus âgés, afin de leur donner tous les moyens d'acquérir leur autonomie une fois parvenus à l'âge adulte.

L'action de l'Apecos bénéficie heureusement du soutien de plusieurs structures mécènes en France, dont la Fondation de la Serre. La fondation Veolia a souhaité s'associer à cette solidarité devant l'ampleur de la tâche : à l'horizon 2010, l'Unicef évalue à 15 % le pourcentage des jeunes Burundais de moins de 15 ans qui seront orphelins du sida.