Un "bateau tremplin" sur la Seine


Déjà à l'origine d'une péniche d'accueil des SDF, l'Ordre de Malte s'engage dans un projet complémentaire : un bateau "tremplin" pour aider ces personnes à se réinsérer dans le monde du travail.

Social et emploi

Porteur du projet

Ordre de Malte

Lieu
Asnières, France

Parrain
Olivier Bret

Dotation
50 000 € au Comité du 02/10/2007

« J'ai eu l'occasion de me faire présenter ce projet de réinsertion porté par l'Ordre de Malte : l'équipe offre de vraies références. Je connais d'ailleurs l'un des accompagnateurs depuis notre engagement commun à Ingénieurs sans Frontières, il y a plus de 20 ans. J'ai toute confiance dans la mise en œuvre de cette barge "lieu de vie", dédiée à l'accompagnement de jeunes actifs en cours de réinsertion. »
Olivier Bret

Depuis 1999, l'Ordre de Malte gère avec la Fondation 30 millions d'amis une péniche, le Fleuron, amarrée dans le 15e arrondissement de Paris. Ce premier lieu d'accueil est ouvert aux hommes seuls ou accompagnés de leur chien : pendant quatre semaines, ils y trouvent réconfort, aide et certains y entament une réinsertion sociale et professionnelle. Mais, même les plus dynamiques des hôtes du Fleuron peinent à construire leur retour à la vie active dans un laps de temps aussi court. Le "bateau tremplin" que l'Ordre projette de mettre à flots d'ici quelques mois prendra justement le relais.

Prendre le temps de construire une réinsertion professionnelle durable

 

Structure non motorisée, ce bateau de 55 mètres de long sera amarré à Asnières dans les Hauts-de-Seine. Ses trente cabines permettront d'accueillir une trentaine d'hommes entre 18 et 50 ans, encadrés par une équipe de neuf personnes relayées en soirée par des bénévoles. Son objectif est de permettre aux jeunes qui enchaînent formations et stages de ne pas retourner à la rue à la première difficulté.

Par ailleurs, ce bateau sera également ouvert à ceux qui, disposant déjà d'acquis professionnels doivent retrouver confiance en eux et assainir suffisamment leurs situations pour envisager de s'installer sans aide. Les RMIstes en formations préqualifiantes seront également accueillis et accompagnés, ainsi que les agents de sécurité avec leurs chiens qui, du fait de leur isolement et de leur travail de nuit, se retrouvent souvent en grandes difficultés sociales.

Ce projet de lieu de vie partagé, situé sur la Seine, est le prolongement naturel des actions déjà menées par l'Ordre de Malte à l'égard des plus démunis. À ce titre, l'association a reçu les soutiens du Conseil régional d'Ile-de-France, de la DDE des Hauts-de-Seine et du Sénat.