Une micro-turbine en open source pour l’électrification rurale

L’association Hydr’Open des étudiants de Grenoble INP – ENSE3 construisent une turbine hydraulique à faible puissance (1 à 50 kWatt) pour l’électrification rurale.

Jean-Marc Padoy, Veolia :
« L'objectif de conception de turbines micro-électriques, au travers d'une communication open source, permettant ainsi l’accès pour tous à un savoir complexe, doit bien évidement passer par la réflexion d'un outil de réalisation pratique. Il s'agit bien d'orienter cet objectif vers des pratiques simples et économiquement abordables et d'y intégrer un volet éducatif (techno et éco-éducation), vecteur de pérennité.  Bien entendu l’état actuel du projet nécessite encore beaucoup de travail notamment sur la partie production d’énergie, principalement sur les besoins des futurs utilisateurs pour pouvoir adapter son dimensionnement. Cette partie ne sera viable que si elle intègre de nouvelles conceptions d''utilisations, respectueuse de l'environnement. »

Créée en 2015, l’association Hydr’Open conçoit une turbine simple, robuste et en technologie libre, pour permettre au plus grand nombre d’utiliser un potentiel hydraulique très présent à travers le globe, peu coûteux, facile d’utilisation, et sans impact négatif sur l’environnement.

Proposer une solution d’énergie propre durable aux populations enclavées…

L’association Hydr’Open construit actuellement un premier prototype de la turbine, dimensionné pour produire 1 kWatt. Les étudiants prévoient de tester ce prototype sur un moulin, dans le Nord de l’Isère, afin de développer par la suite des turbines allant de 1 à 50 kWatt, ce qui serait suffisant pour un village de pays en voie de développement pour les besoins primaires : éclairage, soins, éducation et émergence d’activités économiques. En effet, la turbine constitue une source d’énergie autonome, déconnectée du réseau électrique, et limitée à un périmètre géographique. Elle pourra dès lors apporter une solution durable aux populations enclavées ayant des problèmes d’accès à l’électricité et disposant de ressources hydriques.

La vision de ce projet sur le long-terme est de diffuser cette technologie dans d’autres moulins, puis auprès d’autres utilisateurs, en France et à l’étranger. Il s’agit d’une technologie open source (gratuite et ouverte à tous), en auto-construction, simple à réaliser, qui peut être produite à partir de matériaux de récupération, ce qui permet de réduire les coûts de production. La diffusion de cette technologie se fera par le biais de séances de formation à la construction de la turbine, et par la diffusion d’un manuel de construction.

... en créant une technologie innovante et ouverte à tous
Hydr’Open vise à proposer une solution « propre » aux populations enclavées ne bénéficiant pas d’un accès à l’électricité. Cette micro-turbine pourra en outre permettre de remplacer des circuits électriques ayant un impact négatif sur l’environnement. Les étudiants ont également intégré une démarche d’économie circulaire dans leur projet, puisqu’ils utilisent des matériaux de récupération pour construire leur turbine.

Pour mener à bien leur projet, ils ont bénéficié du soutien de la chaire industrielle Hydro’like et d’ingénieurs d’Alstom. La Fondation partenariale de Grenoble INP les a également aidés en finançant la partie initiale du projet. Hydr’Open a remporté début juin le 3ème prix du Concours Génération Développement Durable, organisé par le magazine La Recherche.
 
Hydr’Open gagne le prix spécial « COP21 » de l’édition 2015 du Prix de la Solidarité Etudiante, grâce à son caractère innovant qui a convaincu le jury.
*
* *

Retrouvez l'actualité du projet :
11 janvier 2016 : Hydr’Open, Prix COP21 de la Solidarité étudiante, inaugure une première turbine hydraulique