Un lien de solidarité du Grand Narbonne à Bobo-Dioulasso

En dépit de précipitations assez faibles, le Burkina Faso dispose d'un réseau hydrographique relativement dense. Mais le débit des cours d'eau est, comme souvent sous les climats tropicaux, irrégulier. Garantir la permanence de l'accès à l'eau potable constitue un véritable enjeu. L’Adae, Association pour le développement des adductions d'eau potable, cherche à relever ce défi.

Humanitaire et Développement

Lieu
Bobo-Dioulasso (Burkina Faso)

Marraine / Parrain Isabelle Bergé
Pierre Lompech

Dotations
30 000 € sur trois ans au Comité du 06/12/2005
90 000 € sur trois ans au Conseil d’administration du 17/12/2018

Porteur du projet

Association pour le développement des adductions d'eau potable (Adae)

«  Ce projet est un superbe acte de développement qui s'inscrit réellement dans la durée. Son point fort ? Une coopération décentralisée entre la ville de Narbonne et les autorités burkinabés ! » Isabelle Bergé

Structure à but non lucratif créée en 2000 par des professionnels du secteur de l'eau potable et de l'assainissement, l'Adae est dédiée au développement des adductions d'eau potable au Burkina Faso. L’expertise de cette association qui regroupe des spécialistes burkinabés du secteur de l'eau est reconnue à l’échelle locale comme à l’international. Elle participe au Conseil national de l'eau burkinabé et est reconnue comme centre de gestion pour l’eau et l’assainissement pour 55 communes des trois régions des Hauts Bassins, des Cascades et du Sud-Ouest. Ses activités bénéficient du soutien de l'Union européenne dans le cadre du 7e Fonds européen de développement (FED).
 
En 2005, quand la communauté d'agglomération de Narbonne – Le Grand Narbonne – s’est engagée dans une coopération décentralisée (loi Oudin-Santini) pour aider les Burkinabés, elle s’est naturellement tournée vers l’Adae. Le Grand Narbonne a choisi d'intervenir dans la région de Bobo-Dioulasso, capitale économique du pays, deuxième ville en population après Ouagadougou (près de 500 000 habitants).
 
Le projet – des adductions d’eau potable pour chacune des 18 communes de l'agglomération sur une période de 10 ans –, doit à terme permettre de desservir en eau de qualité l'ensemble des communes concernées. Avec le soutien de la fondation Veolia, cinq emplois pérennes sont créés pour assurer une gestion rationnelle et durable du réseau et de nombreux fontainiers sont formés.
 
En 2018, le Grand Narbonne souhaite relancer une coopération décentralisée. Le nouveau projet, qui bénéficie du soutien de la Fondation, porte sur trois communes rurales, toujours autour de Bobo-Dioulasso, avec l’ambition de concentrer les efforts sur les structures collectives (écoles, dispensaires, etc.). Sont prévues l’extension de réseaux et la réalisation de bornes-fontaines, de latrines institutionnelles conformes, d'équipements et de forages. Des réservoirs et forages seront également déplacés, réhaussés ou réhabilités. Enfin, des Burkinabés et cadres de l’Adae seront formés à l’exploitation et à la conception des infrastructures.