Assurer l'accès à l'eau dans la région de Tambacounda


Dans le département aride de Kedougou, l'Adeframs entreprend avec la Fondation Éducation Santé la réalisation de douze points d'accès à l'eau pour aider les populations locales. Un chantier qui durera trois ans.

Humanitaire et Développement

Lieu
12 villages autour de Ninefetcha, département de Kedougou, Sénégal

Parrain
Alain Coat

Dotation
36 000 € échelonnés sur trois ans au Comité du 26/03/2008

Porteur du projet

Adeframs

« Je trouve particulièrement intéressant l'aspect de sensibilisation des populations à la bonne utilisation de l'eau, à la préservation de cette ressource, à l'entretien des installations. C'est l'un des points forts de ce dossier. »

Alain Coat

Fondée il y a 20 ans, l'Association pour Développer des Échanges entre la France, le Maroc et le Sénégal (Adeframs) mène de nombreuses actions de coopération dans les domaines culturel, sanitaire, économique et technologique.
La fondation Veolia l'a déjà aidée à deux reprises lors de campagnes d'opérations chirurgicales gratuites pour lutter contre la cataracte des personnes âgées démunies au Sénégal et au Maroc.

De 2008 à 2010, ce partenariat va se prolonger dans un autre domaine essentiel du développement : l'accès à l'eau.
En collaboration avec la Fondation Éducation Santé présidée par Mme Viviane Wade, l'épouse du Président sénégalais, l'Adeframs entreprend l'aménagement de douze points d'eau (creusement de puits ou forages) pour alimenter en eau potable douze villages des environs de Ninefetcha.

Sensibiliser aux risques sanitaires

Cette commune située dans la région de Tambacounda à l'est du Sénégal se trouve en plein Sahel, une zone où l'eau reste un bien difficile d'accès. Aussi, pour assurer la durabilité des actions entreprises, l'Adeframs et la Fondation Éducation Santé ne se contentent pas de faire réaliser les points d'eau. Leur projet prévoit en effet de dispenser de la formation à la gestion des installations et de sensibiliser les populations riveraines aux notions d'hygiène et aux risques sanitaires liés à l'eau.
Dans un premier temps, il est prévu que ces actions touchent 3 500 personnes - essentiellement des femmes et des enfants. Ensuite, le fait qu'elles soient exemptées de la corvée d'eau et qu'elles puissent disposer de la ressource en plus grande quantité leur permettra de développer des activités génératrices de revenus.

Très impliqué dans ce projet, le parrain, Alain Coat, accompagnera l'Adeframs sur place au nom de la fondation Veolia et de Veolia Waterforce afin d'inscrire ce nouveau partenariat dans la durée et de faire bénéficier les porteurs du projet de ses compétences en matière hydraulique.