Collecte des déchets à Bamako : s'appuyer sur la mobilisation de tous


Afin de compléter les dispositifs très insuffisants dont dispose pour l'instant la capitale malienne en matière de collecte des déchets, l'association "Un jour, une pensée" développe des projets de pré-collecte en s'appuyant sur la population locale. Une initiative en plein essor.

Humanitaire et Développement

Lieu
Daoudabougou (commune V de Bamako), Mali

Parrain
Jean-Christian Pottier

Dotation
6 000 € au Comité du 01/07/2008

Porteur du projet

Un jour, une pensée

« Le porteur du projet a pris le soin d'apporter la réponse la plus appropriée possible aux besoins de la commune. L'implication des acteurs locaux en est le meilleur exemple : il ne s'agit pas d'un projet construit de toute pièce dans un environnement peu connu, mais d'un soutien à une structure locale dynamique et efficace. L'association française et les acteurs maliens approfondiront ensemble leur connaissance du contexte et identifieront les besoins en formation. »

Jean-Christian Pottier

Association étudiante créée au sein de l'université Jean Monnet de Saint-Étienne, "Un jour, une pensée" développe plusieurs projets de solidarité à Bamako au Mali.
Elle s'investit plus particulièrement dans la commune V de la capitale malienne - Daoudabougou, où vivent près de 40 000 habitants.
Elle s'y est notamment attaquée au problème de l'état sanitaire de cette banlieue.

En 2006 déjà, elle avait organisé la collecte et l'évacuation des déchets qui encombraient les rues, en s'appuyant sur des acteurs locaux. Sensibilisés par des campagnes d'information à la radio et plusieurs manifestations organisées dans les différents quartiers, de nombreux habitants avaient rejoint l'équipe initiatrice de la démarche, armés de pelles et de rateaux. Le résultat était alors probant : les rues étaient restées propres pendant deux à trois mois.

Planter des arbres, pour embellir encore la ville

Devant ce premier succès, les étudiants français ont décidé de renouveler de façon trimestrielle cette mobilisation générale en s'appuyant sur leurs homologues maliens et sur les responsables locaux (élus, spécialistes de la santé ou de l'assainissement). Des Groupements d'intérêt économique de pré-collecte ont été créés pour faciliter l'implication de la population.
Ceux-ci seront aidés dans leur tâche par la mise à disposition d'un camion acheté grâce à l'aide de la fondation Veolia.
"Un jour, une pensée" poursuivra régulièrement ses différentes campagnes de sensibilisation auprès de la population pour que la mobilisation ne retombe pas.

Enfin, pour compléter cette action visant à améliorer durablement l'environnement urbain de Daoudabougou, l'association se lance dans une campagne de plantations d'arbres le long des rues : outre qu'ils permettront de lutter contre la désertification et l'érosion des sols, ils apporteront une ombre bienvenue et contribueront à embellir cette banlieue.