Créer des entreprises dans les quartiers sensibles : 10 ans de partenariat avec l’Adie

L’Adie et la fondation Veolia œuvrent ensemble depuis 2006 pour créer des emplois dans des quartiers défavorisés à fort taux de chômage : un défi de grande ampleur, source d’innovation sociale. En effet, les deux partenaires ont expérimenté puis déployé de nouvelles solutions pour accompagner les créateurs d’entreprise et les aider à pérenniser leur activité.

« Non, il n’y a pas d’âge(s) pour créer sa boîte ; non, personne n’est inemployable ; non, il n’y a pas de territoires perdus pour la République ou de ghettos impénétrables si on mène une action persévérante, sérieuse, ouverte et respectueuse. Sans préjugés et sans démagogie. Avec rigueur et lucidité. »
Catherine Barbaroux, ancienne présidente de l’Adie (2011-2016)
« Le microcrédit pour créer sa boîte » : tel est le slogan de l’Association pour le Droit à l’Initiative Economique (Adie), reconnue d’utilité publique en 2005. L’Adie aide des personnes exclues du marché du travail et du crédit bancaire à créer leur entreprise, grâce au microcrédit associé à un accompagnement professionnel.

Fondée en 1989 par Marie Nowak, l’Adie a introduit en France le microcrédit en s’inspirant du modèle déployé par la Grameen Bank de Muhammad Yunus au Bengladesh. Ses prêts s’élèvent jusqu’à 10 000 euros. Pour garantir le succès des entrepreneurs qu’elle finance, l'Adie a développé des services complémentaires gratuits d’accompagnement avant, pendant et après la création de l’entreprise : formation en gestion ou développement commercial, soutien pour les démarches administratives, conseil juridique, fiscal ou en ressources humaines… 500 salariés et 1300 bénévoles de l’Adie examinent les demandes de crédit et assurent la formation des créateurs d'entreprise.

120 antennes en France
En 2015, 18 000 personnes ont été financées pour un montant moyen de 2000 €

116 000 créations d’entreprises aidées depuis 1989
225 emplois créés par semaine en 2015

Taux de pérennité des entreprises créées : 59 % sur trois ans (71 % pour les entreprises classiques)


La moitié des personnes accompagnées par l’Adie vivait en dessous du seuil de pauvreté (- de 1 000 € par mois)  au moment de leur entrée en contact avec l'association : désormais, elles ne dépendent plus des minima sociaux et sont sorties de la précarité. Les micro-entreprises soutenues par l’Adie contribuent à créer un tissu économique local dans des quartiers sensibles, où le taux de chômage est particulièrement élevé.

L’Adie se donne aussi pour mission de favoriser l’environnement institutionnel du microcrédit et de la création d’entreprise : elle se mobilise pour qu’ils deviennent des instruments reconnus des politiques d’emploi et d’inclusion sociale.
Marie-Hélène Scheidecker
« En discutant avec la personne qui les accompagne, les jeunes trouvent eux-mêmes leurs solutions. »


La fondation Veolia partage les valeurs d’innovation sociale et d’esprit d’entreprise de l’Adie, concrétisées dans l’une des missions de la Fondation : l’aide au retour à l’emploi. Un partenariat s’est noué entre les deux organisations en 2006 pour mener des actions favorables à la création de petites entreprises dans des zones urbaines sensibles.

Ce partenariat de 10 ans a connu plusieurs phases, les axes prioritaires évoluant avec le temps.

2006-2009 : les Espaces Adie Conseil pour se former et « réseauter »
Dès 2006, la Fondation Veolia a contribué au développement d'outils et solutions d'accompagnement des micro-entrepreneurs. Avec l’aide de la Fondation, l’Adie a ouvert un premier Espace Adie Conseil (EAC) à Garges-lès-Gonesse (95) pour soutenir des projets dans ce secteur du « Val-de-France ».

Les Espaces Adie Conseil sont conçus comme des lieux de formation organisés autour de trois gammes de services :
  • « Je monte mon projet »,
  • « Je démarre mon activité »,
  • ​« Je développe mon entreprise ».
Ils proposent des ateliers collectifs et individuels : de l’administratif au juridique, de l’action commerciale à la bancarisation, tous les aspects de la gestion de l’entreprise sont abordés. Les formateurs bénévoles ont l’expérience de la création d’entreprise.
 Hormis ces conseils personnalisés, les entrepreneurs peuvent aussi rencontrer leurs pairs dans les Espaces Adie Conseil, partager des informations utiles et, éventuellement, mettre en œuvre des synergies commerciales. Et les porteurs de projets y recueillent les conseils des créateurs d’entreprise qui ont déjà franchi le pas.
Nathalie Huon
« 50 jeunes déjà financés cette année sur Plaine Commune. »



Après une année d’expérimentation, le concept d’Espace Adie Conseil a prouvé son efficacité. Une quinzaine d’autres sites ont été ouverts dans les villes de province et en Ile-de-France, grâce au soutien de la fondation Veolia.
 
2010-2012 : Adie Connect et les microfranchises solidaires
Devant le succès des Espaces Adie Conseil, la Fondation Veolia a reconduit son partenariat avec l’Adie pour trois ans. Comme les trois années précédentes, la Fondation a alloué à l’Adie 60 000 € par an pour financer de nouvelles solutions d’accompagnement.

En premier lieu, Adie Connect : ce site d’octroi de microcrédits et de conseil en ligne, utilisable 24 h/24, complète l’offre des espaces physiques. Le micro-entrepreneur y bénéficie de formations vidéo, d’un accès à des experts financiers et juridiques, de fiches pratiques, d’un forum d’entraide entre créateurs d’entreprise…

Parallèlement, la Fondation s’est engagée aux côtés de l’Adie pour concevoir et tester les « microfranchises solidaires ». Ce nouveau modèle d'entrepreneuriat social s’inspire de la franchise. Après avoir étudié les marchés potentiels, des filières d'activités de proximité sont proposées à des entrepreneurs de quartiers sensibles qui ne souhaitent pas se lancer seuls. Outre un microcrédit pour financer le démarrage de leur activité, les franchisés bénéficient aussi de formations, d’un appui logistique, d’approvisionnements mutualisés, d’une marque reconnue et de l'apport de nouveaux clients.
 
  • Mina, bénéficiaire de l'Adie

    Mina, bénéficiaire de l'Adie

  • Yoan, bénéficiaire de l'Adie

    Yoan, bénéficiaire de l'Adie

  • Pascale, bénéficiaire de l'Adie

    Pascale, bénéficiaire de l'Adie

  • Malika, bénéficiaire de l'Adie

    Malika, bénéficiaire de l'Adie

  • Ibrahim, bénéficiaire de l'Adie

    Ibrahim, bénéficiaire de l'Adie

Mina, vendeuse de produits cosmétiques artisanaux
« L’Adie m’a reboostée ! Voir que l’on n’est pas seul face à son projet ça redonne du peps ! »
Retrouvez son parcours ici.
 

La Fondation a financé en 2011 l’étude de faisabilité de la filière « Bricolage et réparations d’eau » mais cette étude n’a pas démontré sa viabilité. La Fondation a soutenu la création de la microfranchise Chauffeur&Go, qui compte aujourd’hui une centaine de chauffeurs dans toute la France. L’innovation sociale qu’est la microfranchise solidaire a reçu de nombreuses distinctions : elle a été notamment lauréate de La France s’engage en 2014.

2013-2015 : CréaJeunes accompagne 100 jeunes créateurs d’entreprise
30 % des entrepreneurs soutenus par l’Adie ont moins de 32 ans : c’est pourquoi, en 2007, l’association a lancé le programme CréaJeunes pour renforcer son action auprès des 18-32 ans. Ils bénéficient d’ateliers gratuits, concrets et interactifs, centrés sur la montée en confiance et la connaissance pratique du monde de l'entreprise. Ces formations collectives pendant 6 semaines sont suivies d'un tutorat individuel pour concrétiser le projet et d’actions de mise en réseau. Les jeunes peuvent profiter d’un microcrédit complété par un prêt d’honneur à 0 %, avec différé de remboursement.

Plus de 7600 jeunes ont bénéficié de CréaJeunes depuis 2007. Le programme est accessible dans 19 sites répartis dans toute la France.
 
Malika, 29 ans, organisatrice de soirée pour célibataires exigeants
« Je garde de l’Adie le souvenir d’une expérience enrichissante ! Les bénévoles sont très qualifiés tels que notre formateur Alain qui a su me répondre à des moments-clés de mon parcours. »
Malika, bénéficiaire de l'Adie
Fanta, 26 ans, créatrice de perruques sur-­mesure
« Nathalie ma conseillère, m’a vraiment aidé, elle m’a dirigé car je ne connaissais rien à la création d’entreprise. »
Hélène, 34 ans, consultante en développement de produits innovants
« Pour un créateur d’entreprise, c’est important d’être accompagné, et de bénéficier d’un regard extérieur qui nous donne les clés pour avancer. »
Photo Hélène
Ibrahim, 29 ans, centre de nettoyage automobile écologique
« L’Adie c’est que du positif, ça m’a ouvert des portes, ça m’a donné envie de continuer à ne jamais lâcher. Je recommande l’Adie autour de moi. »
Ibrahim, bénéficiaire de l'Adie

En 2013, la fondation Veolia a décidé d’accompagner pendant trois ans, via CréaJeunes, 100 jeunes issus de quartiers sensibles d’Ile-de-France vers la création d’entreprise. Les collaborateurs du groupe Veolia ont pu s'impliquer comme parrains ou membres du jury de fin de parcours de ces jeunes.

2016-2018 : 75 nouvelles entreprises dans la Plaine Commune
De 2016 à 2018, la Fondation cible son soutien aux actions de l’Adie sur le territoire de la Plaine Commune[1] (93) où le Groupe Veolia a installé son nouveau siège, dans la commune d’Aubervilliers. Des jeunes de Saint-Denis, d’Aubervilliers ou de communes avoisinantes bénéficient d’un accompagnement renforcé pour créer leur entreprise : porteurs de projets déjà bien construits, ils ont accès au microcrédit de l’Adie et au tutorat pendant 48 mois si nécessaire. Les collaborateurs de Veolia sont appelés à s’impliquer dans l’accompagnement de ces jeunes.
L’Adie vise la création de 75 entreprises en 3 ans et d’une centaine d’emplois : en effet, chaque activité nouvellement créée avec le soutien de l’Adie génère en moyenne[2] 1,26 emploi.
 
Yanis, 27 ans, créateur d'un concept de football lumineux

Yanis, 27 ans, créateur d'un concept de football lumineux

Yanis, 27 ans, créateur d'un concept de football lumineux
« Mon projet était bien avancé mais Il me manquait un business plan viable. J’ai suivi la formation pour avoir des notions en gestion d’entreprise. »
Retrouvez son parcours ici.
 
Héloïse Poëy-Noguez, 30 ans, créatrice d'une application web de partage de trajets professionnels
« L’Adie m’a beaucoup apporté : des conseils sur ma stratégie commerciale et l’élaboration de mon modèle économique, mais surtout un réseau pour le développement de mon application web. » 
Héloïse Poëy-Noguez
Retrouvez son parcours ici.
Mariam, 28 ans, fondatrice d'une plate-forme web d’accessoires et vêtements ethniques
« L’Adie m’a aidé à penser mon entreprise et développer un réseau qui m’a ouvert les portes de l’incubateur HEC. Ainsi qu’un financement de 3 000 € pour le développement de mon activité. »
Mariam, 28 ans

Retrouvez son parcours.
Stelly, 25 ans, et Steeve, 30 ans, à l'origine de cours d’aéroboxe
« La formation CréaJeunes nous a ouvert l’esprit. Nous avons commencé de presque rien et nous sommes repartis avec les techniques et le bagage nécessaire pour créer notre entreprise. Toutes nos interrogations ont été soulevées, grâce à des bénévoles investis. La formation a confirmé notre envie de nous réaliser en tant que coach professionnel. »
 
Stelly, 25 ans, et Steeve, 30 ans, à l'origine de cours d’aéroboxe


Retrouvez leurs parcours ici.
Marion, 28 ans, créatrice de box de produits culturels et livres en ligne
« L’Adie m’a permis de voir plus clair et de mieux présenter mon projet. Quand j’ai des questions j’appelle ma conseillère et elle m’aide volontiers. »
Marion, 28 ans, créatrice de box de produits culturels et livres en ligne

En savoir plus.

Retrouvez Banlieue, capitale économique, La France vue d'ici.
 
[1] Les villes de Plaine Commune en Seine-Saint-Denis sont Aubervilliers, Epinay-sur-Seine, La Courneuve, l’Ile-Saint-Denis, Pierrefitte-sur-Seine, Saint-Denis, Saint-Ouen, Stains et Villetaneuse.
[2] Source : Etude d’Impact de l’Adie réalisée en 2013 par l’Institut CSA.