Du chantier de jeunes à l'insertion professionnelle


Dans le Var, grâce à l'association Le Rocher de la Gavaresse et aux jeunes qu'elle mobilise, un fort militaire abandonné revient progressivement à la vie.

Social et emploi

Lieu
Le Pradet, France

Marraine
Pauline Danel

Dotation
20 000 € au Comité du 31/01/2007

Porteur du projet

Le Rocher de la Gavaresse

« À Bondy, où j'ai connu Le Rocher (l'association y avait organisé des camps pour les jeunes pendant les vacances scolaires), j'ai pu constater tout le sérieux avec lequel elle accueille, suit et soutient les jeunes dans leur réinsertion. »
Pauline Danel

Ouvrage militaire autrefois construit pour assurer la défense de la rade de Toulon, le fort de la Gavaresse, propriété de la Marine nationale, est resté à l'abandon pendant près de cinquante ans. Aujourd'hui, à l'initiative de l'association Le Rocher de la Gavaresse, il sert de cadre à des chantiers de réinsertion. Depuis plus d'un an en effet, sept camps y ont déjà été organisés durant les vacances scolaires. Des jeunes gens en marge du système scolaire ou de l'apprentissage, issus de quartiers difficiles, ont ainsi bénéficié d'un temps éducatif hautement impliquant.

Apprendre de "vrais" métiers

 

Pour restaurer et entretenir ce fort datant du XIXe siècle, les jeunes sont encadrés par des équipes de qualité composées d'animateurs bénévoles de l'association et d'artisans appartenant à divers corps de métiers. Au programme : forage de puits, travaux d'électricité et de maçonnerie. Un stage regroupant une dizaine de jeunes filles a également pu se dérouler.

À l'issue d'une première année test concluante, l'association souhaite donner plus d'envergure à son projet initial. En proposant aux jeunes participants de suivre des stages plus longs (deux mois) leur permettant d'acquérir les bases d'un métier qualifié, elle souhaite renforcer leurs facultés à s'insérer ultérieurement dans la vie professionnelle.

Pour rendre possible cette évolution, certains aménagements sont toutefois nécessaires : la réalisation d'un dortoir et de sanitaires (douches, WC, ministation d'épuration), par exemple. Ils seront rendus possibles grâce au soutien financier, notamment, de la fondation Veolia.