Prendre en charge les enfants autistes dès le plus jeune âge


À Toulouse, une équipe médicale a mis en œuvre des méthodes de détection puis de prise en charge d'enfants autistes le plus tôt possible. Grâce à elles, certains enfants parviennent notamment à intégrer l'école "classique" et à mener une vie presque comme tous les autres enfants. Une expérience qui se développe aujourd'hui.

Social et emploi

Lieu
Toulouse, France

Parrain
Pascal Pech

Dotation
20 000 € au Comité du 27/01/2009

Porteur du projet

Ceresa

Site Internet du Ceresa

« En France, il existe peu de traitements adaptés pour l'autisme, parce qu'ils ne sont pas pris en charge par l'État et restent très coûteux. Ceresa développe grâce à sa directrice des techniques comportementales ayant déjà fait leurs preuves dans d'autres pays.
Aux côtés des professionnels de ce centre, nous, parents, faisons de notre mieux pour les épauler afin que les méthodes d'apprentissage développées ici puissent bénéficier à tous nos enfants.
Mais quarante familles sont en liste d'attente pour intégrer le Ceresa. »

Pascal Pech

Dans le domaine de l'autisme, plus la détection des malades s'effectue tôt, plus les résultats sont encourageants, voire spectaculaires. Mais cette maladie, qui nécessite des soins réguliers et de longue durée, demeure encore insuffisamment prise en charge en France.

En Haute-Garonne, le professeur Bernadette Rogé et son équipe de l'université de Toulouse Le Mirail mènent depuis 2001 des expériences de traitement précoce et intensif des jeunes autistes.

Devant la qualité des résultats obtenus, elle a créé l'association Ceresa (Centre Régional d'Education et de Services pour l'Autisme en Midi-Pyrénées) afin de pérenniser les actions entreprises. Sur un terrain loué à l'Association des Paralysés de France et dans des bungalows en préfabriqué, le Ceresa accueille les jeunes autistes et leurs familles dans le but d'apporter un soutien éducatif et pédagogique aux enfants pour faciliter leur intégration dans le milieu scolaire "classique" et d'être un appui pour leurs familles.

Un bâtiment aux normes de l'éco-construction

Cette démarche rencontre un réel succès, au point que quelques années après son lancement, le Ceresa suit une quarantaine de familles - avec une majorité d'enfants âgés de six à douze ans, mais a enregistré un nombre équivalent de demandes d'intégration... auquel il ne peut répondre faute de place.

Le Ceresa a donc contacté plusieurs partenaires potentiels publics et privés, afin de construire des locaux plus vastes, plus agréables et destinés à durer.
Sur une surface d'environ 250 m2, le futur bâtiment du centre permettra d'accueillir une centaine d'enfants. Il répondra en outre aux exigences de l'éco-construction : il utilisera les énergies renouvelables - géothermie, aérothermie et solaire - pour toute l'énergie dont il aura besoin.

Répondant à la demande de l'un des collaborateurs de Veolia Eau, père d'une petite fille de deux ans atteinte d'autisme, la fondation Veolia s'est associée à ce projet attendu par des dizaines de familles.