La cuisine, levier d’intégration et vecteur d’échanges interculturels

Après la création d’un service de traiteur, l’ouverture d’un café-restaurant et la publication d’un livre de recettes, Les Cuistots migrateurs veulent ajouter une nouvelle brique à leur développement en ouvrant une école de cuisine. Comment découvrir (et goûter !) de nouvelles cultures tout en s’ouvrant un avenir professionnel…

Social et emploi

  • Lieu : Paris (France)
  • Marraine : Salma Gourram
  • Dotation : 8 000 € au Comité de sélection du 16 mars 2020

Porteur du projet

L'Ecole des Cuistots Migrateurs

Depuis leur création en 2016, Les Cuistots migrateurs parviennent à conjuguer insertion et vraie activité économique. Entreprise sociale innovante, la société emploie des cuisiniers réfugiés pour proposer à ses clients de la nourriture syrienne, iranienne, afghane, népalaise, éthiopienne, bengalie ou encore sénégalaise. Cette activité de traiteur a permis de vendre plus de 300 000 repas et s’est enrichie, en 2019, d’un restaurant-café ouvert dans le 11e arrondissement et d’un livre de cuisine publié aux éditions La Martinière.

De l’entreprise à l’école associative

Grâce à ce modèle économique pérenne, Les Cuistots migrateurs ont pu embaucher à temps plein et en CDI dix personnes réfugiées. Soit autant de candidats à un logement et à des conditions de vie améliorées qui ont vu leurs efforts récompensés…

Pour continuer à valoriser les talents et leurs recettes, l’entreprise cherche désormais à compléter son modèle et à aller plus loin dans son impact social par la création d’une association.

La cuisine, outil de dialogue

Le projet consiste à créer une école de cuisine pour former et accompagner des personnes réfugiées sur le chemin de l’emploi. L’obtention du Certificat de qualification professionnelle (CQP) de cuisine, avec un focus sur les cuisines du monde pour mettre en valeur le capital culinaire des apprenants, sera l’objectif principal.

Parallèlement, au-delà du seul apprentissage de la cuisine, l’école mettra en place des cours de français et des accompagnements transverses. Pendant et après leur formation, les élèves bénéficieront d’un soutien individuel pour travailler leur projet et favoriser la meilleure intégration professionnelle.

Les Cuistots migrateurs entendent également inscrire leur établissement dans un mouvement de cuisine responsable en privilégiant le recours à des produits locaux, de saison, tout en luttant contre le gaspillage alimentaire.

Globalement, l’idée est de faire de ce lieu un espace de partage et d’échanges autour des cuisines du monde. L’école sera d’ailleurs ouverte au public. Le lieu offrira la possibilité de partager un repas et d’être reçu par les cuisiniers en formation dans un espace convivial et atypique. Cette ouverture au grand public sera pour eux l’occasion de mettre en pratique leur apprentissage et de valoriser leurs recettes.