Réintégrer le monde du travail grâce à l'entretien d'espaces verts


Au cœur de la communauté d'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz, l'association Atherbea reçoit et accompagne les personnes en grande détresse. Ses ateliers d'Adaptation à la Vie Active leur permettent de se remettre au travail. Une nouvelle activité est d'ailleurs proposée : l'entretien des espaces verts.

Social et emploi

Lieu
Zone portuaire d'Anglet, France

Parrain
Roger Agor

Dotation
18 000 € au Comité du 01/07/2008

Porteur du projet

Atherbea

« Les missions de l'association sont bien définies, son rôle social sur le plan local est fort. Ses valeurs me semblent être celles de Veolia et son encadrement est motivé : tout ceci fait que le projet me paraît réaliste, ce qui est un gage de réussite. »

Roger Agor

En Basque "Atherbea" signifie "abri". Depuis 1954 - l'année où l'Abbé Pierre lançait son premier appel à la solidarité nationale - Atherbea accueille, héberge et s'occupe de la réinsertion sociale et professionnelle de personnes en détresse, avec ou sans enfants.
En complément de son centre d'hébergement d'urgence de Bayonne, elle a créé une structure de travail protégé. Ses ateliers d'Adaptation à la Vie Active (AVA) permettent à d'anciens malades, à des personnes essayant de se guérir de l'alcoolisme, à des travailleurs handicapés, à d'anciens détenus, etc. de se réinsérer sur un plan social et professionnel.
Pour y parvenir, elle les encourage à se réadapter à une activité professionnelle régulière en leur proposant des "contrats d'avenir" d'un an, éventuellement renouvelables.

Augmenter les possibilités d'insertion grâce à l'entretien d'espaces verts

Les ateliers d'AVA développent deux activités différentes. Dans la zone portuaire d'Anglet, une quinzaine de personnes apprennent les différents métiers du bois.
Ils fabriquent des palettes, des caisses, puis se lancent dans des travaux de menuiserie et d'ébénisterie.

Par ailleurs, l'association a démarré depuis peu une filière d'entretien des espaces verts. Quatre personnes y travaillent aujourd'hui, mais l'association a déjà pu vérifier que la demande locale est suffisamment importante pour donner du travail à un nombre plus élevé de personnes en difficulté.

Elle a donc sollicité la fondation Veolia pour l'aider à acquérir du matériel professionnel comme par exemple un camion-benne espaces verts ou encore une élagueuse sur perche. Elle pourra ainsi accepter des chantiers à la fois plus importants et plus techniques qui lui permettront d'embaucher une dizaine de nouveaux salariés en insertion. Ceux-ci intègreront à leur tour un savoir-faire complet sur des matériels variés et performants... de quoi favoriser leur recherche d'emploi à l'issue de leur contrat d'insertion.