Un Oasis pour les femmes, les entrepreneurs et les défenseurs de l’environnement

A Niamey, capitale du Niger, l’Oasis se veut un espace d’échanges et d’action dans les domaines du développement durable et du travail des femmes notamment. Ce lieu unique doit permettre l’innovation entrepreneuriale, l’apprentissage et la sensibilisation aux enjeux du changement climatique.

Au Niger, la pauvreté est un immense défi. Elle touche en particulier les femmes qui, en 2013, représentaient 75 % de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté. Conséquence directe : les Nigériennes, sans ressources, sont plus durement exposées aux effets du changement climatique.

Le projet d’Oasis – une structure installée à Niamey, capitale du Niger – doit en partie répondre à cette problématique. Sa vocation est d’accueillir les femmes et les jeunes pour qu’ils y trouvent un tiers-lieu pensé et développé pour les encourager à devenir des acteurs du changement. L’objectif est qu’ils s’impliquent activement dans la protection de l’environnement et l’autonomisation des femmes au Niger.

Une double dimension

L’Oasis de Niamey lutte, par des actions de sensibilisation, contre la dégradation écologique que représentent la raréfaction des ressources, l’infertilité croissante des sols, ou encore les problèmes de gestion des déchets dans la ville de Niamey. Il a aussi pour but de favoriser l’épanouissement des femmes, en particulier par la promotion de l’entreprenariat. Empow’Her, qui œuvre en faveur de l'autonomisation économique et sociale des femmes dans le monde, donne corps à cette facette du projet. L’association, créée en 2013, a déjà œuvré dans neuf pays (Burkina Faso, Côte d'Ivoire, France, Maroc,Myanmar, Niger, Pérou, Sénégal, Thaïlande).

Empow'Her
La création de l’Oasis répond à un double objectif : soutenir l’insertion économique et sociale des femmes et leur autonomisation d’une part, et ...

En aidant ainsi les femmes à trouver leur place dans la vie économique du pays, l’Oasis entend également permettre une meilleure prise en compte des enjeux environnementaux à l’échelle nationale. Les femmes passées par l’Oasis pourront à leur tour promouvoir des comportements écoresponsables au sein des communautés où elles interviendront.

Concrètement, un espace de travail collaboratif permet d’accueillir les entrepreneurs et d’héberger les formations à l’innovation économique ainsi que le programme d’incubation prévu. Une cafétéria permet des échanges informels, et d’autres espaces sont dédiés à des ateliers, conférences, projections, etc. A l’extérieur, un jardin botanique est doublé d’un potager écologique.

Un positionnement validé

Peu après son premier anniversaire, l’Oasis a bénéficié du soutien renouvelé de la fondation Veolia. En un an, le lieu a validé son positionnement en misant à la fois sur les femmes et l'environnement. Plus de 2 000 personnes ont participé aux différentes activités du centre qui a notamment organisé 63 événements. Plus de 600 femmes ont été accompagnées.
 
Le modèle de l’Oasis de Niamey est la REcyclerie de Paris, un espace soutenu par la fondation Veolia, qui prolonge donc son effort en faveur des lieux de sensibilisation à la transformation sociétale et écologique. L’objectif est que chacun trouve un modèle pérenne de fonctionnement.

*
* *

Retrouvez plus d'information sur l'inauguration de L'Oasis en janvier 2018.